quelques chiffres, maintenant...

Dans cette partie nous allons plus particulièrement nous intéresser au marché des médecines homéopathiques.

Nous allons voir ci-dessous en quoi la France est plus fidèle à la médecine homéopathique que les autres pays...

       Seulement 16% des français avaient quelquesfois recours à l'homéopathie en 1982, alors qu'aujourd'hui ils sont 40% !

         D'après les statistiques, 58% des mères de familles ont eu recours à ce type de médicaments dans les 12 derniers mois dans le but de soigner les enfants, et l'engouement des français n'est pas prêt de s'arrêter. Il est au contraire en croissance constante, comme remarqué précedemment (1982 -> 2010 = forte évolution).

Ne serait-ce pas ici la preuve que la France est fatiguée des médecines toujours plus sophisitiquées et toujours plus techniques ? Qu'elle désire retrouver un semblant de naturel dans le fait de se soigner ?

 Les statistiques disent que les médicaments homéopathiques représentent seulement 0.3% du marché des médicaments dans le monde. En France en 2002, ils représentaient 10% des ventes en pharmacie. Ce nombre plutôt bas est difficile à comprendre lorsque l'on sait que les médicaments homéopathiques coûtent en moyenne 5 fois moins chers que les autres médicaments.

En 2004 cependant, le pourcentage de remboursement des médicaments homéopathiques par la Caisse nationale d'Assurance maladie s'est abaissé de 65% à 35%. Cette même on attendait une économie de 70 millions d'euros par rapport aux année précédentes, ce qui est énorme ! A ce rythme là, un déremboursement total rapporterait une économie d'environ 80 millions d'euros, dans la société actuelle.

    Cette baisse de remboursement à créee une sorte de mécontentement général chez les partisans de l'homéopathie, qui revendiquent le fait que si celà continu, les médecins vont finir par préscrire des médicament relevant de la médecine conventionnelle qui seront, eux, totalement remboursés (contrairement aux médicaments homéopathiques).

   De plus, ils critiquent également une injustice, expliquée dans la citation de la Caisse nationale d'assurance maladie suivante : "Les médecins homéopathes génèrent un coût deux fois moins élevé que la moyenne des médecins généralistes, alors qu'ils soignent les mêmes pathologies".

Cette phrase nous permet de mieux comprendre leur mécontentement et leurs revendications.

Voici maintenant différents tableaux montrant les situations actuelles de l'homéopathie :

 

Ceci est un tableau des effectifs professionnels de santé concernés par l'homéopathie en France. Il est clair ici que cette médecine touche plus ou moins  tout les niveaux de la médecine : des simples pharmaciens aux chirurgiens dentistes. On remarque une très grande inégalité dans la répartitions des effectifs : que 100% des pharmaciens sont concernés par celà, alors que seulement 50% des médecins généralistes le sont, ainsi que 10 % des vétérinaires, et seulement 5 % des chirurgiens dentistes.

Cet autre tableau montre la différence bien significative qui existe entre les montants des remboursements annuels générés par médecins généralistse et médecins homéopathes. On remarque que ces remboursements sont moitié moins importants chez un médecin homéopathe que chez un généraliste.

(Ce tableau est issu des carnets statistiques n°95/1997 de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés.)

Voici en dernière analyse un autre tableau nous permettant de réaliser la part respective d'implantation de l'homéopathie au noveau mondial. On remarque que chaque continent est plus ou moins touché par l'homéopathie. C'est donc une médecine de niveau mondial, et il paraît anormal que les remboursements qui la concerne soient moins élevée que ceux concernant les médecines conventionnelles. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site